• Un humain sur un plateau téléphonique, ça arrive

    Je ne supporte pas le télémarketing. D'autant que j'ai l'impression de parler à des machines qui délivrent leur leçon avec autorité sans pouvoir placer le moindre mot. J'avoue que j'ai parfois tendance à m'emporter en flairant l'arnaque mais pour la première fois, j'ai communiqué (oui, "communiqué"!) avec une personne compréhensive pour laquelle j'ai vraiment de la compassion. L'appel venait de l'étranger. Elle a pris la peine de m'écouter, de répondre à mes questions et ne m'a rien proposé. Elle s'est finalement excusée de m'avoir dérangée et je me suis dit qu'elle n'avait pas choisi ce job peu gratifiant et mal payé. Gageons que les vrais responsables de cette technique harcelante et intrusive sont, eux, grassement payés et n'ont pas à subir les foudres des appelés. Car des appelés, il y en a beaucoup mais des élus, il n'y en a pas...

  • Rire jusqu'à éclater en larmes

    Quand je vois le monde aujourd'hui, j'ai l'impression qu'on a oublié le pouvoir du rire. Or le rire est le propre de l'homme. Faut-il en pleurer?

  • Le détour vaut le détour

    Si tu ne parviens pas à prendre le chemin le plus court, prends le détour. Cela peut être plus dur et plus long que la ligne droite mais c'est ton chemin et pour cette seule raison, le détour en vaut la peine.

  • Parfois, l'ego s'égare

    L'autre jour, le train demeure bloqué au signal qui ne se décide pas de passer au vert. Les passagers maugréent. Il faut patienter, tempère le conducteur, il s'agit de la reconstitution d'un suicide. Une navetteuse explose: "Il n'aurait pas pu trouver un autre endroit pour se suicider, celui-là?" Elle n'est pourtant pas aussi désespérée que la personne qui a commis ce geste. Parfois, nous ne voyons vraiment pas plus loin que le bout de notre ego.