• Coin de paradis

    On a tous besoin d'un coin qui nous fait rêver.

    68374_4345450365703_66976473_n.jpg?oh=02d1d164b1e35e676d45ce28e514b527&oe=57D49545

  • Comme

    Tranquille comme

    un chemin ourlé de champs de blé,

    et piqueté de coquelicots

    Chaleureux comme

    une maison blanchie à la chaux,

    percée de fenêtres quadrillées,

    qui paresse sous une couverture de lierre

    Puissant comme

    un ciel sombre, zébré d’éclairs,

    l’haleine du vent gémissant

    et des bourrasques fouettant les peupliers blancs

    Doux comme

    un ruisseau qui gazouille

    des yeux qui se mouillent

    Suave comme

    un bois pailleté de violettes

    Frais comme

    un jardin farci de menthe et de pâquerettes

    Vaporeux comme

    un voile de brume

    et la terre, en été, qui fume

    Léger comme

    le matin, la rosée, le rêve

    Fluide comme

    l’air, l’envol d’un oiseau, le jour qui se lève

    Pur comme

    la vérité, le cristal, l’émotion

    Fragile comme

    la vie, le cristal, l’émotion

    Si mon amour pouvait être comme…

    Mon amour n’a pourtant rien de tout ça

    Ses vulnérabilités, sa saveur éphémère, ses accents inachevés

    n’en font guère l’amour rêvé

    Mais voilà…

    Sans défaut, sans tracas,

    l’amour n’est pas

    et si mon amour t’aide à vivre, rêver, être

    et renaître,

    s’il t’aide seulement à aimer à ton tour,

    alors, c’était vraiment de l’amour©

  • Le parti d'en sourire

    "Rouge, vert, bleu, orange... Ma boîte aux lettres n'a jamais été aussi colorée et pourtant, je me demande pourquoi la politique et les politiciens me paraissent si ternes, si gris", dit-elle d'une voix blanche.

  • A corps perdu

    Un Espagnol sur quatre serait sans emploi. Pour se réinsérer sur le marché de l'emploi, des formations en prostitution sont offertes contre la modique somme de 100 € à Valence. Travail assuré après formation. C'est sans doute ce qu'on appelle : se lancer à corps perdu dans une petite entreprise qui ne connaît pas la crise... Non mais on est sérieux là?!?