• Préemballages: vérifiez le poids

    Ne jamais rien tenir pour vrai. Surtout dans un supermarché. C'est la moralité de l'histoire. Bah oui, la première syllabe de consommateurs devrait nous inciter à la prudence. Des paquets de cerises préemballées affichent un poids de 600 g pour un prix de 4,99 €. Je pèse tout de même le paquet. Juste pour voir. Tous les paquets pesaient 400 g. Une erreur juteuse pour l'enseigne et amère pour le consommateur.

  • Djavan, l'art de la douceur à rebrousse-poil

    Djavan.jpgIl est des diamants de la plus belle eau, finement taillés, qui brillent de mille feux mais dont l'éclat ne dépasse pas les frontières d'un pays. Les lois du marketing l'ont ainsi décrété.

    Dans le cas de l'artiste brésilien Djavan, le diktat des majors du disque nous prive d'un rayon de douceur, d'une musique ciselée avec intelligence et bon goût. Le Brésilien a bien essayé de percer aux Etats-Unis, en enregistrant certains de ses titres en anglais mais son succès est demeuré confidentiel.

    Djavan est venu à plusieurs reprises en Belgique, notamment dans le cadre d'un festival dédié au Brésil : "Viva Brasil" fin des années 80. Le Palais des Beaux-Arts était bondé lorsqu'il avait livré son concert, en compagnie de Jorge Ben - sans doute mieux connu sous nos latitudes -. La chaleureuse communauté brésilienne s'était à nouveau donné rendez-vous pour le concert de Djavan sur la Grand Place de Bruxelles, en 1990. A cette époque, on exhumait encore facilement des CD de Djavan dans la section World des disquaires. Aujourd'hui, les derniers albums de Djavan ne sont plus distribués.

    Les compositions de Djavan sont empreintes de bossa nova, de smooth jazz et d'une sensualité grâcieuse qui effleurent votre âme avec la délicatesse d'une plume. Et rien que pour ça, la musique de Djavan mérite d'être découverte. Les inconditionnels d'acid techno ou de gothic metal s'abstiendront. Les autres s'accorderont des tranches de vacances saupoudrées de paillettes de noix de coco et parfumées aux accents de la Garota de Ipanema ("The girl from Ipanema" immortalisé par Tom Jobim). 

    Découvrir Djavan :

    http://www.dailymotion.com/video/xf8l0z_djavan-maca_news

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Djavan

    http://www.djavan.com.br/site/

    http://www.musicme.com/#/Djavan/albums/   

  • Quand la banque nous braque

    Visite à la banque avec mon fils pour la clôture d'un compte d'épargne. Mais on ne récupère pas quelques milliers d'€ aussi facilement, quand bien même il s'agit de notre menu pactole. "Avez-vous réellement besoin de cet argent?", ironise-t-il? Il ébauche une autre amorce "Il vaut mieux rentabiliser l'argent et le bloquer chez nous pendant cinq ans." On croit rêver. Nous avions cru réclamer notre dû sans demander notre reste. C'était sans prévoir un mini-interrogatoire qui nous laisse un arrière goût de cendres. Poignée de questions à mon fils. "Pourquoi voulez-vous partir?" "Vous êtes étudiants... en quoi?" "Vous avez un kot? Vous utilisez donc les transports en commun?" L'objectif est de nous culpabiliser, de nous inférioriser, de nous persuader que l'argent que mon fils veut récupérer n'est pas le sien mais celui de la sacro-sainte banque. Nous sortons avec notre dû, humiliés, écoeurés, moralement dépossédés. C'était la 3e tentative de clôture de ce compte! Nous sommes les pièces d'un échiquier géant où les règles du jeu se modifient sans cesse. On vire enfin la somme et nous le sommes dorénavant aussi (virés) mais LIBRES... Enfin... Libres d'être hameçonnés par une autre banque.