Sans trompette ni tambour

J'ai souvent cru que j'avais fait le tour

de la vie, de mes ressources, de mes amours.

Cette impression d'arriver au carrefour,

ou pire, au bout d'un parcours,

me tenaille toujours.

Penser à rebours,

Abreuver l'esprit d'humour,

Trouver le temps trop court,

Et à la sottise, rester sourd...

Tels seront mes secours

contre les vautours

qui lacèrent mon coeur trop lourd.

De mon âme, je serai le capitaine au long court,

sans trompette, ni tambour.

Les commentaires sont fermés.