• Planète interdite

    Reste à espérer que s'il y a des êtres qui nous ressemblent, qu'ils ont plus de respect pour leur planète et que nous n'y installerons jamais...

    4695925_6_a812_vue-d-artiste-de-l-exoplanete-kepler-452b_bc1bdb955385d4385af450be27b2bdc8.jpg

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/07/23/la-nasa-annonce-la-decouverte-d-une-exoplanete-semblable-a-la-terre_4695926_1650684.html?fb_ref=Default

  • Clair obscur

    11138109_10206341084157228_1424299580174681886_n.jpg?oh=e950d528f1f8b54d3cb37c5fc39eb859&oe=57CE9858L'ombre et la lumière sont un tout. L'ombre n'existe pas sans lumière et la lumière est aveuglante sans ombre. Il n'y a pas l'ombre d'un doute. Ou n'est-ce pas si lumineux que ça?

  • Un nid dans le jardin

    J'ai tenté de capter le merle en train de couver dans notre jardin, sans trop l'ennuyer mais finalement, on dirait un court-métrage d'horreur de série Z.


    (Music credit: "The North" Kevin MacLeod (incompetech.com)
    Licensed under Creative Commons: By Attribution 3.0
    http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/)


  • "Au Crazy Love" de Willy Grimmonprez: style limpide et idées noires

    a.jpgL'auteur louviérois publie ici son huitième livre aux Editions Dricot. Si ce chauffeur de bus à la retraite affectionne les atmosphères sombres, le polar qui vient de sortir en librairie, baigne encore plus profondément dans une ambiance glauque, malsaine et délicieusement immorale.

    Willy Grimmonprez connaît bien les ficelles du métier et mène avec tact le lecteur dans les méandres d'une intrigue sordide et riche en rebondissements. Comme d'habitude, son écriture est fluide, simple et l'histoire ne s'embarrasse pas de fioritures. Le ton est résolument noir mais tranche avec la clarté du style. Avec Grimmonprez, on sait où on va, on se laisse mener avec délectation et on tourne les pages avec l'impatience d'un enfant.

    Evidemment, les fidèles de Grimmonprez ne seront pas autant surpris que les autres car la trame et le climat sont semblables à ce qu'il a déjà écrit. On devine un peu ce qui va se passer mais on est accro jusqu'au bout parce que Grimmonprez nous régale toujours. Et le bougre ne dénoue son intrigue que dans les dernières pages. Un polar à lire sous la couette, en une poignée d'heures.

  • Christopher Lee et Donny Osmond

    Un clin d'oeil à toutes celles qui se souviennent encore sous nos latitudes de Donny Osmond! Difficile de ne pas partager ce bout d'interview avec Christopher Lee (que j'adule). Il s'agissait d'une émission diffusée sur la télé belge: Cinéscope. Il aborde la difficulté de montrer ses films de Dracula à sa petite fille. Soucieux de son bien-être, il lui demande, la nuit qui suit la vision du film, si elle n'a pas eu de cauchemars. La fillette eut une réaction étonnante. Mignon à écouter vers 2 min 20 sec et des poussières.