• Baisser les yeux pour élever ses pensées

    En arpentant les trottoirs cet après-midi à Bruxelles, mes yeux glissent sur une dalle où quelqu'un avait écrit quelque chose comme ça: "les grands ne sont grands que parce que nous le croyons." Dire qu'il a fallu que je baisse la tête pour élever mes pensées...

  • "Soumission" de Michel Houellebecq: des longueurs mais vraisemblant

    PHOa3cea9dc-8f82-11e4-979b-eaeb82fec498-805x453.jpgHouellebecq a, je l'avoue, quelque chose qui m'agace. Son apparente nonchalance? Son je-m'en-foutisme un tantinet ronflant? Ses pantalons toujours trop courts?

    Son style littéraire, trop cérébral, parfois guindé et ses phrases interminables (elles s'étirent parfois sur une quinzaine de lignes) m'ennuient profondément. L'histoire m'a toutefois captivée de bout en bout et m'a déstabilisée par ses accents de vraisemblance. Tout est subtilement construit pour que le lecteur abandonne sans révolte les reliquats de sa civilisation, de sa culture et s'installe dans la normalité d'un Islam modéré.

    Cette oeuvre de politique-fiction suscite énormément d'interrogations, à l'heure où les horizons de l'Europe qu'on a rêvée, demeurent brumeux. A l'heure aussi où les flux de populations déplacées contre leur gré, découvrent une Europe qu'ils croyaient ouverte et accueillante mais qui demeure frileuse à leur égard.

    Houellebecq fait assurément oeuvre de visionnaire avec "Soumission". L'auteur y fourre, avec flegme et détachement, toutes les inquiétudes de notre société occidentale dont les valeurs sont peu à peu métamorphosées. Tout y est exposé de façon neutre, sans critique, sans complaisance. Au lecteur de prendre position,s'il le désire. Ce qui a sans doute valu à Houellebecq d'être taxé d'islamophobe. Ce qu'il n'est pas puisque François, le narrateur (qui ressemble étrangement à son auteur, à mon avis) finit par se convertir à l'Islam pour enseigner à nouveau à la Sorbonne désormais financée par l'Arabie Saoudite.

    Un livre qu'on lit d'une traite, malgré les longueurs, qui vous percute et déclenche votre réflexion et rien que pour ça, "Soumission" vaut la peine qu'on y fourre le nez.