Solitude

"Je t'aime". Il débitait la seule prière qu'il connaissait désormais. Inlassablement. Inéluctablement. C'était d'une platitude lamentable mais on n'aurait pu s'exprimer plus clairement, plus universellement.
"Je t'aime". Cela faisait précisément 37 ans, 21 mois, 9 jours, 5 heures et 32 secondes qu'il récitait cette incantation aussi douce que glaciale. Le temps qui coulait, semblait avoir impitoyablement aspiré tout espoir de passion, toute trace d'émotion, toute tentative d'expression.
Chaque jour de sa misérable et futile existence,il se suffisait du son de sa voix qui ressassait cette mélopée morose, dépouillée de sentiments et d'intérêt. Cela ressemblait davantage à un hoquet, à une réaction mécanique qu'à une déclaration.
Le pire dans l'histoire, c'est qu'il avait pour seule réponse, le silence imperturbable d'une chambre vide.
Devant un miroir fêlé, ultime relique d'une humanité anéantie, le dernier homme chuchotait les derniers mots qui pouvaient encore le réconforter.©

Les commentaires sont fermés.