électricité

  • Y'a de l'eau dans le gaz!

    On sonne à la porte. Il a l'oeil arrogant et sombre, le rictus naissant de celui qui va bondir sur sa proie.
    "Gaz, électricité", grogne-t-il en dissimulant l'étiquette sur sa veste rouge. "Vous n'avez pas encore fait le changement?" Je lève le sourcil. Il griffonne quelque chose dans son classeur. "On n'est pas encore venu chez vous? Vous savez pourtant que les tarifs augmentent l'année prochaine et vous préférez payer le prix fort... C'est incroyable!"


    Son ton mordant, ses accents obscurs puent la vente agressive. "Je suis libre de faire ce que je veux et de penser par moi-même", ai-je cru bon décocher à cet illuminé qui jette sur (de très) hypothétiques clients des ombres peu compatibles avec le nom de la société qu'il représente.


    Il s'est éclipsé en lançant encore quelques piques, éteignant tout espoir de me convertir en cliente.