compte

  • Quand la banque nous braque

    Visite à la banque avec mon fils pour la clôture d'un compte d'épargne. Mais on ne récupère pas quelques milliers d'€ aussi facilement, quand bien même il s'agit de notre menu pactole. "Avez-vous réellement besoin de cet argent?", ironise-t-il? Il ébauche une autre amorce "Il vaut mieux rentabiliser l'argent et le bloquer chez nous pendant cinq ans." On croit rêver. Nous avions cru réclamer notre dû sans demander notre reste. C'était sans prévoir un mini-interrogatoire qui nous laisse un arrière goût de cendres. Poignée de questions à mon fils. "Pourquoi voulez-vous partir?" "Vous êtes étudiants... en quoi?" "Vous avez un kot? Vous utilisez donc les transports en commun?" L'objectif est de nous culpabiliser, de nous inférioriser, de nous persuader que l'argent que mon fils veut récupérer n'est pas le sien mais celui de la sacro-sainte banque. Nous sortons avec notre dû, humiliés, écoeurés, moralement dépossédés. C'était la 3e tentative de clôture de ce compte! Nous sommes les pièces d'un échiquier géant où les règles du jeu se modifient sans cesse. On vire enfin la somme et nous le sommes dorénavant aussi (virés) mais LIBRES... Enfin... Libres d'être hameçonnés par une autre banque.