marketing

  • L'obsolescence programmée ou comment planifier la mort des objets dans la société du gaspi

    dyn003_original_322_990_jpeg_2512211_646b1fdccc23373b49c2f69ccece8201.jpgL'aspirateur vous lâche, le frigo exhale son dernier soupir, le lave-linge s'essoufle et s'éteint, la télé affiche un écran noir, la voiture prend sa retraite, déclarée hors usage par le contrôle technique. Les objets de notre quotidien se réparent de moins en moins et se remplacent davantage. Qu'une voiture soit destinée à la casse après dix années de roulage ou qu'une machine à laver soit... lessivée au terme de sept années de services menés tambour battant, personne ne s'en offusque plus.

    Et si tout cela était prévu... J'avoue que l'idée m'a effleurée à plus d'une reprise. Chaque fois qu'un appareil ménager arrive en fin de vie, j'ai toujours cette étrange sensation de ne pas en voir eu pour mon argent. Bizarre, en effet, qu'une machine claque juste quelques semaines après la fin de la garantie. Coïncidence ou intention ?

    L'excellent documentaire "Prêt-à-jeter, l'obsolescence programmée" a levé mes derniers doutes sur le sujet. Depuis les années 1920, les objets sont fabriqués pour avoir une durée de vie limitée. L'objectif étant bien entendu de stimuler la consommation. Mais ce qui semble être une question de logique et de survie du capitalisme, est une aberration : le but de la croissance est de... croître à l'infini. "Un objet qui ne s'use pas est une tragédie pour les affaires", lisait-on d'ailleurs dans une revue en 1928. Aujourd'hui, c'est une tragédie pour l'humanité.

    Consommez, consumez

    Sans titre-Numérisation-35 (Copier).jpgLa masse de nos détritus ne cesse d'enfler, polluant les sous-sols, tuant à petit feu l'environnement et la population tiers-mondiste. En Afrique, jeter est une ineptie. On ne jette pas, on récupère, on répare, on donne une autre vie aux objets. Nos déchets informatiques occidentaux souillent le Ghana où les habitants les recyclent infatigablement. Parce que nos PC, nos imprinantes, nos scanners, nos GSM ne sont pas irrécupérables. Parce que leur usure a été inscrite dans leurs puces. Parce qu'il faut vendre. Encore plus. Toujours plus. Consommez, bon peuple, consumez votre vie et votre planète.

    20 Publicite Ford 1925.jpg

    Des économistes, comme le Français Serge Latouche, prônent un autre modèle de société : la décroissance.

     

    Le développement débridé de la société de consommation va de pair avec la destruction des ressources naturelles qui ne sont pas inépuisables, estiment les "décroissants". Consommer moins ne peut en tous cas faire de mal à personne. Au contraire. Réduire notre empreinte écologique et contraindre les entreprises à poser l'accent sur la qualité et la longévité du produit ainsi que sur le respect de l'environnement, ne peut certainement faire de tort à l'humanité.

  • Un cadeau gratuit à un prix exceptionnel

    En général, la pub papier des sociétés de vente par correspondance est directement vouée au recyclage mais ma curiosité a parlé. C'est qu'il est question de recevoir un superbe cadeau high-tech, une tablette de marque juste pour moi.
    Enfin presque. Je suis l'une des 4 gagnants.
    Enfin presque. "La tablette X vous est offerte en offre cadeau."
    Enfin presque. "Qui mieux que X peut vous proposer une tablette à écran tactile au prix exceptionnel de 49,99 €." Un cadeau qu'on m'offre à 50 €, pourquoi pas?
    Enfin presque. Il faut encore cocher la case "oui, je commande et je profite tout de suite de mes cadeaux et avantages". Ah bon?

  • A fleur de peau

    Le regard velouté, il diffuse adroitement quelques effluves de douceur et de charme et m'invite à entrer dans sa boutique. "Vous allez découvrir quelque chose de fantastique." Amusée par son enthousiasme un tantinet surfait, je le suis. "Tendez les mains. Les deux! Paumes en l'air." Il place un bassinet sous mes mains au creux desquelles il dépose une noisette de gros sel de la Mer Morte. Un peu d'eau. "Allez-y, frottez! Vous sentez comme c'est incroyablement doux." Il lâche ensuite son atout charme, éculé, bas de gamme. "Vous êtes très jolie. Combien avez-vous de petits amis?" Je ris jaune et lui décoche un invraisemblable "Oh vous savez... Je ne compte plus." Il me rince les mains et me montre l'eau sale. "Vous imaginez toute cette douceur sur votre corps, ce corps que vous allez enfin débarrasser de ses impuretés. C'est bien simple, vous allez vous sentir comme si vous aviez au moins 20 ans en moins!" Comme je me sentais fraîche et vieille tout à coup...